Justine Bach
Sophrologue certifiée RNCP à Fresnes
12 résidence des gémeaux, 94260 FRESNES

&

211 Rue Adolphe Pajeaud, 92160 ANTONY

 
06 51 64 80 01
 
 

Justine Bach

Sophrologue certifiée RNCP à Fresnes et Antony

En quoi la sophrologie aide à la reprise ou maintien d'une activité physique ?

09 Juin 2022 Justine Bach Sophrologie

De la décision à l'action : un chemin pour soi

Bouger son corps c’est aussi alléger son esprit. En quoi la sophrologie peut-elle aider dans la reprise ou maintien d’une activité physique ? Généralement, les sophronisés* parlent d’un « simple manque de motivation » mais c’est souvent bien plus complexe. Peut-on sortir du duel « sport et compétition » et ne retenir que le positif ? 

Les raisons de l’inactivité ne sont pas toujours comprises. L’accompagnement thérapeutique en sophrologie permet de repérer les moments agréables et bénéfiques : la satisfaction, la fierté d’avoir pris du temps pour soi, prendre soin de soi, s’accorder du temps, se retrouver, ressentir son corps ou encore se sentir vider ou totalement ressourcer après une séance de sport. La sophrologie aide à ces prises de conscience et fait diminuer les croyances limitantes : « le sport ce n’est pas fait pour moi », tout en mettant en lumière les blocages qui maintiennent dans l’inactivité. Pourquoi se mettre dans la position de ne pas vouloir du positif ou de ressentir du bon ? La sophrologie permet d’identifier les freins jusqu’alors et de favoriser un déclic. 

S’autoriser à se poser la question : « Qu’est-ce qui compte vraiment pour moi ? ». Généralement les personnes accompagnées s’accordent sur le souhait d’être en bonne santé et de porter plus attention à son bien-être. Cependant, encore faut-il se donner la permission de faire quelque chose pour soi, s’autoriser à se faire plaisir et surtout ne pas culpabiliser après. Finalement, ne plus avoir besoin d’avoir un « alibi » pour son bien. 

L'inactivité : un facteur génétique ?

Arrêtons de culpabiliser, l’inactivité serait un facteur génétique attribué à l’être humain. Dans, Le syndrome du paresseux de Boris Cheval et Matthieu Boisgontier, il est affirmé que « l’être humain favorise la minimisation des efforts ». 

En effet, au temps de la préhistoire, l’être humain devait s’économiser pour chasser et pouvoir échapper aux prédateurs. Ce fait génétique permet de prendre conscience de cette pulsion limitante est inscrite dans notre cerveau. Il est donc important de savourer le bien-être lié à l’activité physique et de s’auto-récompenser afin d’immuniser le cerveau à cette tentation sédentaire.

Les raisons limitantes

S’accorder du temps, c’est aussi accepter de lâcher prise et de ne plus vouloir tout contrôler. Le fameux « Je n’ai pas le temps » est l’une des premières raisons qui limite les personnes dans leurs reprises d’une activité physique. Par ces mots, la personne souhaite se rendre indispensable à son travail ou à sa famille et accepte de faire ce « sacrifice ». Se consacrer à une activité physique, c’est aussi se consacrer à soi et rien qu’à soi, donc peut-être avoir l’impression d’être moins parfait(e) et possiblement moins aimé(e). Je vous propose de voir les choses différemment : et si la pratique d’une activité physique vous permettait d’être plus concentrée au travail, d’être apaisée avec vos enfants, d’arriver plus facilement à gérer vos angoisses ou vos émotions ou encore d’être fier de vous … Seriez-vous aussi réticent ?

 

La seconde raison limitante est souvent la peur du regard des autres, régulièrement associé à un complexe de sport à l’école. Le travail en sophrologie permet d’accepter que les autres puissent faire mieux, lâcher prise et apprendre à se valoriser. En effet, les sophronisés oublient souvent toute l’organisation avant de s’octroyer un moment de sport (se préparer, anticiper la garde des enfants, se déplacer …) et son régulièrement étonné de tout ce qu’ils ont réussi à mettre en place sans y porter attention. Le sophrologue permet d’aider à identifier de toutes ces choses auxquelles vous ne pensez plus et qui sont devenues automatiques. Pourquoi ne pas simplement être fier de soi, d’avoir mis tout cela en œuvre pour s’offrir du positif ? La sophrologie permet d’accéder à la pleine conscience dans chaque geste pour votre bien-être avant, pendant et après le sport.

 

La troisième raison limitante est la difficulté d’identification avec l’image du « sportif ». Finalement, qu’est-ce que cela signifie : faire du sport ? De façon générale, les sophronisés ont l’image du sportif qui pratique une activité physique plus ou moins dans la douleur, très régulièrement, qui fait des compétitions, qui fait très attention à son alimentation, qui a un rythme de vie irréprochable … Une fois toutes ces représentations posées, sont-elles utiles ? Et si ces représentations ne faisaient qu’alimenter la croyance limitante : « le sport ce n’est pas fait pour moi » ?  Finalement, faire du sport c’est simplement faire une activité pour bouger physiquement quelle que soit l’activité et s’offrir du positif pour son corps, son esprit et ses émotions. A partir du moment où une activité est identifiée comme un plaisir et non une contrainte, le cerveau a envie d’y retourner pour les sensations agréables qu’il a perçues. Par la suite, vous irez avec le sourire, l’organisation en amont de vos séances vous paraîtrons plus facile … N’oublions pas que l’une des principales vertus du sport c’est de se sentir bien, sentir son corps et surtout prendre du plaisir

Justine Bach

12 résidence des gémeaux
94260 FRESNES

Et si nous écoutions notre corps

Le corps envoie continuellement des signaux, souvent associé à un état émotionnel ou mental : une tension dans le dos, des crispations dans les mâchoires ou dans les épaules, des sensations de jambes lourdes … Votre corps parle, encore faut-il l’écouter ! La sophrologie permet d’aider à identifier ces ressentis et harmoniser vos corps : physique, émotionnel et mental qui sont liés et ne vont pas l’un sans les deux autres.

La méthode aide à prendre conscience que nous avons un corps physique et qu’il important d’en prendre soin. Le corps est là, sans cesse avec nous et nous avons tendance à l’oublier ! A travers son corps, il est possible d’apprendre à ressentir le moment présent, être dans la pleine conscience et réussir à capter ce que notre corps à de bon à nous offrir. Bouger son corps c’est une façon d’exister et de le faire exister.

Prendre rendez-vous avec soi-même

Comme expliqué ci-dessus, il est important de remplacer la contrainte par le plaisir pour maintenir une activité physique et s’y retrouver. Encore faut-il accepter du prendre du temps, d’une certaine façon prendre rendez-vous avec soi-même. Et ce n’est pas simple de se retrouver seul et de prendre des décisions pour soi et uniquement pour soi. Ici le regard des autres ne compte pas, c’est une façon de passer du paraître à l’être et de se réapproprier son corps, connaître ses peurs, ses limites, ses forces et les accepter.

Laisser votre corps vous aider dans cette prise de décision, car il va sécréter des hormones agréables pour vous donner envie d’y retourner. Sur le plan hormonal, l’activité physique fait diminuer le cortisol (hormone du stress) et développer des endorphines (hormones du bien-être), alors pourquoi s’en priver ? Le corps va vous aider en vous faisant percevoir ses harmonies en lien avec votre respiration et vos pulsations cardiaques. Écouter vos sensations avant, pendant et après une activité physique, votre corps sait identifier ce qu’il aime et vous indiquer quand il souhaite y revenir. L’activité physique aura des répercussions plus largement sur votre moral, votre sommeil et va vous aider à avoir un rythme. Le sport permet aussi de développer sa concentration, découvrir ses capacités, renforcer l’organisme et d’améliorer l’image de soi. 

D’ailleurs, il n’est pas rare que le sport soit utilisé pour la gestion des émotions. Le verbe s’émouvoir est un bien joli mot qui met en lumière la relation entre l’émotion et le mouvement. Ilios Kotsou (docteur en psychologie et spécialiste des émotions) explique même qu’une émotion difficile à gérer qui se répète régulièrement devient une humeur, puis un tempérament. Il est donc important de faire passer l’énergie par le corps physique, lâcher-prise et de laisser son corps se vider pour développer son épanouissement. L’activité physique du corps permet d’être de meilleure humeur, d’être plus sociable, de ressentir la joie et de s’estimer. Finalement, le sport pourrait-il changer l’état d’esprit ? D’ailleurs selon les activités physiques, certaines sont plus adaptées que d’autres en fonction de votre état émotionnel. 

Si la personne ressent : 

  • de la tristesse : une activité pour cultiver l’enthousiasme ;
  • de la colère : une activité pour développer la compassion ;
  • de la peur : une activité pour renforcer votre confiance en vous ;
  • de l’amertume : une activité pour réapprendre à vous émerveiller.

La sophrologie et le sport : renouer avec les sensations

La sophrologie permet d’apprendre à identifier ces moments positifs et de reconnexion au corps. Il est possible d’ancrer ces sensations dans notre esprit et possiblement d’y revenir lors d’un exercice de relaxation dynamique ou une sophronisation. Par des exercices de sophrologies il est possible de se reconnecter aux ressentis positifs de ces instants agréables et de goûter de nouveau aux joies et à la fierté avant, pendant et après le sport. Les exercices vont vous permettre de développer votre patience, votre discipline, de vous découvrir, de vous équilibrer, d’améliorer votre oxygénation et de vous connecter à votre respiration. Il est important de noter que le cerveau ne fait pas la différence entre ce qu’il se passe réellement dans les ressentis et lorsqu’on lui propose une visualisation par exemple. Le cerveau va naturellement se reconnecter aux ressentis du corps et identifier les sensations positives, vous allez donc pouvoir renouer quand vous le souhaitez avec ces sensations.

La sophrologie va vous aider pour apprendre à adapter votre respiration à vos besoins pour : calmer des angoisses, soulager des douleurs (émotionnelles, mentales ou physiques), se renforcer, s’apaiser, oxygéner ses facultés mentales, se préparer au sommeil … 

Pour les sportifs amateurs et professionnels la sophrologie permet de travailler sur un protocole spécifique ayant pour objectif la préparation mentale avant un évènement. Les missions de ce protocole thérapeutique sont de préparer à une compétition, développer sa concentration ou l’esprit d’équipe, enrichir ses motivations, voire de faciliter la cicatrisation post-blessure … Ce protocole permet aux sportifs de se préparer mentalement et de se mettre en condition et rechercher une harmonie pour préparer son corps physique, son mental et ses émotions à une épreuve sportive.

 

*sophronisé : personne accompagné par un sophrologue dans le cadre d’un accompagnement thérapeutique en sophrologie


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Prise de rendez-vous en ligne sur Doctolib

19 Août 2022

En quoi la sophrologie aide à la reprise ou maintien d'une activité physique ?

09 Juin 2022

Le corps envoie continuellement des signaux, souvent associé à un état émotionnel ou mental : une tension dans le dos, des crispations dans les mâchoires ou dans les épaules, des sensations de jam...

La sophrologie est-elle adaptée pour la téléconsultation ?

16 Mai 2022

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site est parrainé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.